Une formation TDI

Une formation TDI « épave avancée » à Malte

En juillet 2007 s’est déroulé à Malte une formation TDI franco russe d’épaves avancé. Ce type de formation, peu fréquent en France, aborde pourtant tous les aspects touchant de près ou de loin l’exploration d’épaves.

– On pourrait résumer un peu hâtivement la formation épave avancé par un mélange entre une formation extended range (plongée technique dans l’espace lointain) et caverne (plongée sous plafond)/introduction à la plongée spéléo.

– Cette formation est pourtant très spécifique : les structures des épaves sont souvent coupantes et instable. Les conditions de mise à l’eau sont aussi souvent plus difficiles qu’en résurgence en spéléo.

On a donc 2 séries de compétences

Transversale ou disons génériques au tek mais nécessaires à ces plongées sur épaves :

– Utilisation d’une configuration bi bouteilles adaptée de type Hogarth, modifiée ou simplement compacte. On y place bien sur la lampe principale, les 2 lampes de secours, les dévidoirs, parachutes orange et jaune…

– On apprend (ou réapprend !) à utiliser correctement et rapidement tout cet équipement.

– On insiste sur le « what if » et toutes les procédures d’urgences à tous les stades de la plongée : avant la plongée, avant la pénétration, pendant cette pénétration, après.

– Risques génériques : perte du gaz respiratoire

Spécifique à la plongée épave

Plus ou moins dans l’ordre chronologique :

– Localiser une épave après avoir recherché des informations dans différentes sources (travail en sur les archives/travail en amont)/connaître les réglementations locales.

– Localiser une épave en mer suite à ce travail au travail précédent.

– Problèmes liés à l’utilisation des bateaux/Techniques d’accroches sur une épave.

– Planifier une plongée épaves de A à Z et prévoir le pire (« What if »)

– Mise en place de procédures d’urgences, comme plongée en dérive…plongeurs de soutien éventuels.

– Les Plans d’urgence : prise en charge d’un incident ou d’un accident, moyens de communication, évacuation rapide vers une chambre de recompression.

– Gros travail sur le milieu et les risques de la plongée sur épaves et en pénétration : visibilité réduite ou nulle, perte d’orientation et du fil et/ou des équipiers, prise dans le fil.

– Améliorer sa techniques de base : sa propulsion et sa flottabilité surtout, pour garder une visibilité correcte (frog kick et assimilés).

– Améliorer sa configuration, c’est-à-dire la rendre plus compacte afin de minimiser les risques de s’accrocher dans le fil et aux tôles coupantes…

– Techniques d’exploration sur et surtout dans l’épave c’est-à-dire sa partie la plus délicate qui s’apparente à de la pénétration sous plafond type plongée souterraine.Planification de cette exploration d’après un plan du bateau. Pour le matériel, présentation et utilisation des différents types de dévidoirs, primaire et de secours, différents type de fil et d’instruments coupants (sécateurs, ciseaux, Z-knife)…

Cette formation maltaise commençait chaque matin par :

– Une séquence de théorie à l’hôtel avec mes stagiaires russes, ukrainiens, géorgiens, lithuaniens : Oleks, Sacha, Rem, Ed, Andrei, et les 2 Pacha !

– Puis une partie était mise en pratique au-delà par des exercices à terre plus particulièrement les gestes techniques liés à la pénétration sous plafond : utiliser différents types de dévidoirs, équiper en fil d’Ariane, le retrouver si on le perd, s’en sortir si on s’y emmêle…

– Et enfin une mise en pratique sur différentes épaves entre -15 et -45 mètres à l’air, -55 mètres à -70 mètres au trimix.

POURQUOI MALTE ?

Il y souffle l’esprit libre et aventureux du célèbre Corto Maltese…

Terres d’épaves par excellence, Malte est un rêve pour les passionnés de vieilles tôles. Et il y en a pour tous les goûts. Nous avons bénéficié de bonnes conditions 30/40m de visibilité et eau à 27°.

– Nous avons réalisé les plongées d’évaluations et d’entrainement intensifs par le Maori par -10/-15m de fond avec départ du bord, bien pratique pour enchaîner les plongées et passer beaucoup de temps dans l’eau, jusqu’à 2 heures d’exercices, pour prendre certains automatismes. Apprentissage de l’équipement en fil dans une épave, exercice du lasso pour retrouver le fil, exercice pour se libérer du fil…

– Plusieurs plongées sur l’épave Um El Faroud,de 110mde long, entre -22 et -33m pour parfaire les acquis :la planification,test de la condition physique avec un petit bout de palmage à partir du bord, l’équipement en fil d’Ariane, les exercices d’assistance, la pénétration d’épave en équipe avec communication par lumières, touch contact, signes…ÿ Plongée sur l’Impérial sur -45m de fond : Planification avancée avec runtimes plus précis, encore et encore pénétration en équipe, avec équipement en fil, communication…etc.…

– Mise en pratique un peu plus profonde enfin sur le magnifique Polynésien, épave de cargo français de 152m de long. Dès les -30m on peut admirer l’épave, majestueusement couchée sur le flanc, comme une énorme baleine blessée. Les plongeurs à l’air ne dépasseront pas -55m sur les premières structures ; pas d’exploration de l’intérieur de l’épave donc. Les plongeurs au trimix peuvent descendre entre -60 et -65m, et explorer donc les immenses cales, remplies d’objets diverses (assiettes, tasses, marchandises) tous les différents étages…Les structures internes du navires ressemble à des cathédrales de métal…dans un univers un peu bizarre, entièrement de travers. Ce sont des moments de pur bonheur, une expérience passionnante et l’occasion de mettre en pratique tout ce qui a été acquis durant le stage. Les séjours au fond varient de 20 à 30 minutes selon les équipes, les décompressions se faisant pour tout le monde au 50%et 100% 02.ÿ Jusqu’à -55m tous les stagiaires étaient déjà certifiés extended range ou équivalents. Au delà tout le monde étaient était plongeur trimix. Ce séjour à Malte durant 2 semaines, nous eûmes tout loisir de faire les formations complémentaires nécessaires : extended range, trimix (toujours sur des épaves) et même Cavern/intro to Cave pour les plus motivés !

– Le lendemain, les plongeurs trimix avancés s’en payait encore une belle tranche sur le HMS Southwold,destroyer reposant sur -71m de fond. Là encore, vision de rêve dès -40m où le regard peut embrasser d’un seul coup d’oeil la totalité de l’arrière de ce destroyer anglais qui se tient bien droit et fier, posé sur le sable, son double canon pointant encore vers la surface, près à tirer ! Nos 22 minutes de temps fonds nous permettent de faire le tour complet du propriétaire. Personne n’est enchanté de remonter…et parle déjà de revenir.

La plongée à Malte, c’est aussi d’autres sites somptueux comme le Blue Hole sur l’île toute proche de Gozo, et ses magnifiques failles toute proches ! Pas besoin de descendre profond pour en profiter. Dès -18 à -30m, c’est le bonheur !on y trouve aussi de nombreux tombants, roches et Cavernes à explorer… Toutes les formations se sont déroulées avec la collaboration du club Starfishdiving, à St Georges, tout près de La Valette.Trés bien situé près des luxueux hôtels Corinthia et Radisson, qui nous hébergeait, le club est à 2 pas d’hôtels dans toutes les gammes de prix.

Le Starfish est animé par 2 russes très sympathiques, Mickael et Gallia. Mickael s’occupe de la partie plongée Tek avec passion et compétence. Sur place, bi 12litres ou bi 10litres à 300 bars aciers, wings, relais aluminium 7 ou 10 litres…Les plongées sur le Maori et El Faroud se font à partir du bord, ce qui est bien pratique en cas de mauvais temps. Malte et Gozo étant de petites îles, on trouve toujours un site abrité du vent. Les autres plongées se font en bateau rapides : 25/30 nœuds, 15/20 minutes de trajet en moyenne.

Remerciements:

– Un grand merci à Mikaël, Son épouse Gallia, et leurs collaborateurs
www.starfishdiving.com
– Pavel Markelov pour son aide précieuse et sa gentillesse
Aqualung une fois de plus pour son matériel performant
(Détendeurs Apeks XTX 100 et 50, Légend, combinaison étanche, masques, parachutes…)
Green Force, pour ses excellents éclairages indestructibles
Petzl (mousquetons et sous vêtement)

MALTE : LE RETOUR !

En 2008, plusieurs stages sont prévus à partir du printemps et surtout en juillet/Août :

– Pénétration Epaves, le nec plus ultra !
– Extended Range sur les épaves.
– Trimix sur les épaves bien sûr !
– Cavern/plongée sous plafond, dans des sites magnifiques.

EXPEDITION/EXPLORATION

Pour les plongeurs motivés et déjà certifiés Trimix et Epaves, une expédition Deep Trimix Expérience est possible sur la mythique épave du HMS RUSSEL, coulé pendant la première guerre mondiale, et qui repose sur -115 mètres de fond (premières structures vers -95m).Cet énorme destroyer de 140m de long a été très peu plongé et garde encore tous ses mystères ! D’autres épaves encore vierges restent encore à découvrir dans la zone des -60/-150m !